Chargement...
Published on 19/01/2017

Quand la Parole est semée...


Les membres du groupe Amitié Espérance Arc en ciel d’Eaubonne ont vécu un partage autour de la Parole de Dieu. Ils se sont mis à l'écoute de la "Parabole du semeur" (Mt 13, 1-9). Echos.


Amitié-Espérance-Arc-en-Ciel propose une présence auprès de personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif. Des membres du groupe d'Eaubonne ont vécu un temps de partage autour du "Zoom n° 6" du livret saint Matthieu (La "Parabole du semeur" Mt, 13,1-9.)


Télécharger le "Zoom n°6" du livret Saint Matthieu


Télécharger l'intégralité de l'évangile selon saint Matthieu dans le "Livret Saint Matthieu"



Echos…


► Ce texte me fait penser à celui sur la moisson qui est abondante, mais où les ouvriers sont peu nombreux. ► Je trouve que le sol pierreux représente ceux qui abandonnent, alors que la bonne terre représente ceux qui accueillent la Parole et prient jour et nuit. ► Je me suis arrêté sur « ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante ou trente pour un ». On a tous des limites. Mais si on est de bonne volonté, si on désire suivre Jésus, quelles que soient nos limites, on est dans le cas de la bonne terre. C’est l’écoute de Jésus qui est la plus importante. ► Ce qui m‘a touchée, c’est la terre séchée par le soleil. Tout ce qui est sec, c’est ce qui n’est pas beau. La terre est fanée, usée et il faut la laisser dans une décharge. Moi, il me faut aller dans la terre fraîche, pour accéder à une nouvelle vie.



« La bonne terre, c’est notre cœur. La Parole c’est comme une culture, on doit la cultiver, la goûter, la méditer. »


► Sur le bord du chemin, quand les oiseaux mangent les graines, ça représente toutes les mauvaises épreuves dans la vie, dans le monde, ou d’autres galères pour moi. Mais quand le semeur sème dans la bonne terre, tout commence à s’arranger. ► Pour moi, ça veut dire que si on sème n’importe comment, dans les ronces, … alors les graines sont brûlées, séchées. Mais si on sème bien dans la vie, on récolte en conséquence. On récolte ce qu’on a semé. ► Pour moi, quand les oiseaux mangent les graines, ça veut dire que le diable vient dans leur cœur pour les empêcher d’être sauvés. ► Pour moi, les grains, c’est comment on reçoit la Parole. On peut l’appliquer à nous, à tout ce qui nous empêche d’entendre la Parole de Dieu. La bonne terre, c’est notre cœur. La Parole c’est comme une culture, on doit la cultiver, la goûter, la méditer. Les exemples donnés montrent les autres priorités qui nous en empêchent. ► Jésus sort de sa maison. Le semeur sort. Il se donne du mal pour semer. Il fait une démarche. Cela m’invite à me demander ce que ça représente pour moi de sortir. ► Le semeur sème partout. Même dans la mauvaise terre. Comme pour dire que la Parole est pour tous, et que même le plus mauvais peut la recevoir. C’est plein d’espérance. ► Quand les graines tombent au bord du chemin, elles ne sont pas au centre. Ca veut dire que je ne mets pas la Parole au centre, je ne la rejette pas, mais elle est seulement accessoire. C’est une invitation à la mettre au centre.



« Le semeur c’est Jésus, les graines c’est la Parole, et le terrain, c’est notre cœur, notre capacité à nous ouvrir à la Parole. »


► Le sol pierreux me dit qu’il faut donner des racines à la Parole. La cultiver, la prier. ► Et les ronces, c’est tout ce qui m’encombre et qui la fait disparaître parce que le reste prend toute la place. ► Ce qui est aussi plein d’espérance, c’est que dans la bonne terre, les graines ne donnent pas forcément autant pour tous. Mais ce qui est important, c’est que ça germe. ► Moi, j’ai noté que Jésus s’éloigne de la foule. Il va en quelque sorte sur l’autre rive. Et il contemple les foules sur le rivage. Pour moi, la contemplation est très importante. ► Pour cette parabole, il y a des traductions où avant les premiers mots du texte, il y a « Ecoutez ! … voici que Jésus était sorti … ». Et le texte se termine par « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ». Pour moi qui n’entend pas, cela veut dire beaucoup ! ► Le semeur c’est Jésus, les graines c’est la Parole, et le terrain, c’est notre cœur, notre capacité à nous ouvrir à la Parole. De temps à autres, je suis toutes les terres… en fonction de la manière dont je suis lunée ce jour-là, en fonction de ce qui m’est arrivé, etc.. Je suis plus ou moins apte à écouter la Parole, à donner de bons fruits. Parfois, c’est dur dur. Et parfois, j’essaie d’être la bonne terre par le silence, la prière et l’écoute. Il faut avoir les oreilles du cœur, il faut préparer le terrain. Alors peut-être, je pourrai produire de bons fruits. ► Pendant ce temps l’un de nous retrouve le texte de Luc correspondant et nous le lit (Lc 8, 4 et s.). Chez Luc, Jésus explicite le sens de la parabole à la demande de ses disciples. ► J’aime que Jésus ne regarde pas le résultat, mais regarde seulement l’orientation du cœur, les yeux du cœur. ► Mais la bonne terre doit être entretenue, labourée. Dieu est sorti de sa maison, le semeur prépare le terrain. A nous de préparer le terreau. Si je vais à la messe comme ça, sans me préparer, ce n’est pas du tout la même chose que si j’y vais en ayant faim de la Parole. ► Le semeur, c’est Jésus, mais on peut être aussi semence ou terreau. A quel moment est-on semence, et à quel moment terreau ? On est les deux.. ► La fin de la parabole, c’est comme les talents, on ne produit pas tous autant de fruits, mais ce n’est pas la quantité qui compte. ► Mais il faut faire attention à l’environnement, aux ronces, aux pierres, … Il nous faut protéger les graines, se protéger du désert du cœur. ► Il faudrait être comme des épouvantails pour chasser les oiseaux qui mangent les graines et les empêchent de pousser ! ► Oui, mais les oiseaux sont là pour quelque chose aussi… ► La semence, c’est la Parole de Dieu, mais certains ne le savent pas. Alors, ils ne font pas attention à la graine tombée là.. ► On peut être les oiseaux aussi ! On peut être déçus et venir troubler la paix intérieure de l’autre. ► Il faut plonger sans cesse dans la miséricorde du Seigneur pour accueillir sa Parole. ► Mais aussi laisser le Seigneur préparer le terreau. Par exemple dans mon couple, l’un croit et l’autre non. Je vais à la messe régulièrement mais pas ma femme. Un jour elle est venue avec moi.. Et plus tard, elle a communié. C’est le Seigneur qui a préparé le terreau.


Published on 13/01/2017

Partager (la Parole), c'est la santé !


A l'occasion du "Dimanche Santé", le 12 février 2017, les professionnels de santé sont appelés à vivre l'expérience vivifiante du partage autour de la Parole de Dieu. Témoignage.


C'est sur le thème "Choisis la vie !" qu'a lieu l'édition 2017 du Dimanche de la Santé le 12 février. Le Service diocésain de la Pastorale de la santé invite ainsi tous les professionels de santé à vivre une expérience particulièrement vivifiante : le partage autour de la Parole de Dieu.


L'année dernière, à Ermont, des professionnels avaient vécu un tel partage. Denys Simon, kinésithérapeute, avait initié cette rencontre. Il témoigne.


« J’ai participé avec bonheur à des puits de la Parole qui réunissaient des professionnels de santé de la paroisse d’Ermont.


La méthode des puits de la Parole est une merveille. Cette méthode particulière nous oblige à écouter. "Faites bien attention à la manière dont vous écoutez", nous dit saint Luc (Lc 8, 18). Il faut un temps d’adaptation pour nous familiariser car nous sommes plus habitués à couper la parole qu’à écouter la parole. Et il est parfois indispensable de rappeler le cadre de cette méthode pour donner toutes ses chances à ce qui va se révéler.


Par ce silence partagé, manifesté grâce à la méthode des puits de la Parole, silence partagé autour de la parole du Seigneur et autour de la parole de chacun, le petit groupe devient cette bonne terre capable de donner "du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un."


La mise en œuvre de la méthode des puits de la Parole nous permet d’échapper aux obstacles à l’accueil de la Parole, décrits par Jésus (Cf. Mt 13), pour faire, à chaque fois, une très bonne récolte. Et tout le monde est étonné de la valeur de ce qui se fait entendre. Nous sommes étonnés de ce qui sort de notre bouche et de ce qui sort de celle des autres. Ici on découvre la Parole de Dieu d’une autre façon. Nous découvrons non pas uniquement ce que la Parole veut dire à tous, mais aussi ce que la Parole fait dire à chacun. C’est à chaque fois une révélation, des révélations, des dévoilements, des éclairages étonnants sur nos pratiques et nos vécus de soignants.


Quel bonheur ! Nous vivons l’expérience de Marie, et nous nous découvrons ensemble, capable d’un Magnificat.


"La première en chemin, Marie tu nous entraînes, à risquer notre oui, aux imprévus de Dieu / Et voici qu’est semé en l’argile incertaines de notre humanité Jésus-Christ, Fils de Dieu / La première en chemin, joyeuse tu t’élances, prophète de celui qui a pris corps en toi. La parole a surgi, tu es sa résonance et tu franchis des monts pour en porter la voix…"


C’est en nous, petit groupe de puits de la Parole, que cela arrive. »


Denys SIMON Janvier 2017

Published on 05/01/2017

Évangile : les jeunes d'Argenteuil partagent !


Un groupe de jeunes d'Argenteuil (Val-d'Oise) se retrouvent régulièrement pour vivre ensemble un temps de partage autour de la parole de Dieu. Avec l'évangile selon saint Matthieu.


Tu as envie de nourrir ta foi à partir de l’Evangile ? De rencontrer d'autres personnes et de partager avec elles à la lumière de la Parole ? Des jeunes d'Argenteuil accueillent d'autres jeunes autour de l'évangile selon saint Matthieu...


Ce groupe de jeunes adultes se réunit une fois par mois pour un temps fraternel de prière et partage autour de l’Evangile de l’année. Tout au long de l'année écoulée, ils ont ainsi partagé avec l'évangile selon saint Luc ; cette année qui vient, les partages se vivront avec l'évangile selon saint Matthieu. Les jeunes participants sont très enthousiastes. Ainsi, Patricia, 32 ans : "Depuis le mois de janvier 2016, je fais partie du groupe de partage autour de l'évangile. Les rencontres sont riches en échanges... Chacun partage son point de vue après la lecture autour d'exemples, de vécus personnels, etc. J'ai toujours considéré important de bien comprendre (ou au moins d’essayer de comprendre) le message que le Christ veut nous transmettre dans la bible à travers la réflexion, le débat, la discussion et le partage d'opinions. Pour toutes ces raisons, je conseille vivement aux jeunes de rejoindre ce groupe."


Andy, 26 ans, renchérit : "Ce partage biblique m'a permis de me rendre davantage compte que la parole de Dieu est vivante car elle répond à nos attentes de la vie quotidienne... Chacun a la possibilité de donner son avis... Nul ne se sent jugé. C'est pourquoi je me réengage de nouveau cette année avec le groupe."

Published on 05/01/2017

Quand l'Evangile parle aux profs !


Des enseignants se sont rassemblés pour partager autour de l'évangile : enrichissant !


L’équipe de Pastorale d'une école catholique du Val-d'Oise a proposé aux adultes intéressés, un partage autour de l'épisode des disciples d'Emmaüs dans l'évangile de Luc, lors d'un "pizza-partage". Qu'est-ce que cet évangile peut me dire à moi, aujourd'hui, enseignant, éducateur ou membre de la communauté de l'établissement ? Ce Jésus qui accompagne, écoute, parle, partage puis s'efface peut-il m'aider dans ma mission d'enseignant ? La conviction à la base de cet échange est que la Parole de Dieu est audible par tous, quelque soit ses croyances ou sa foi, et que l'appel de notre évêque à partager autour de la Parole de Dieu peut se vivre dans une école et enrichir les échanges entre enseignants. Nous étions une bonne vingtaine et renouvellerons l'expérience autour de l'évangile de saint Matthieu début 2017. "Notre cœur n'était-il pas tout brûlant en nous, tandis qu'il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ?" Luc 24,32

Published on 05/01/2017

Partage de la Parole : «Cette étoile est un signe de Dieu...»


Un groupe de personnes en souffrance psychique se sont retrouvées pour un temps de partage autour d'un passage de l'évangile selon Saint-Matthieu : "Les Mages"... Echos.


  • « Je trouve que l’arrivée de Jésus est compliquée ! Beaucoup de gens sont en jeu, de nature très différente : les mages, qui viennent de l’extérieur, Hérode, l’autorité politique, les scribes et les grands prêtres, les autorités religieuses, sans parler des bergers après coup.. Ils se posent des questions ou on leur pose des questions.. Il faut de donner du mal pour trouver Jésus et on a besoin de tous!
  • Oui, trouver Jésus, ça passe par beaucoup d’intermédiaires.
  • Et ils ne sont pas tous de la même classe, certains sont très savants, d’autres moins.
  • Mais ils voient tous la même étoile...
  • Les mages qui sont venus de loin, ils avaient sans doute suivi l’étoile dès avant la naissance de Jésus.
  • Oui, c’est comme une « annonciation de la naissance » !
  • Moi je me demande comment un enfant promis à un si grand avenir peut être né dans une mangeoire… Quand même, ça servait aux animaux…
  • Dieu s’est abaissé à notre condition.
  • Il est venu au bas de l’échelle, au niveau de tout être humain.
  • Et c’est quand même bizarre cette vénération pour un enfant tout simple !
  • Quand les Mages arrivent à Jérusalem, ils demandent où est Jésus. Ca veut dire qu’à ce moment-là, l’étoile ne les guide plus. Je pense qu’on a tous des moments où on voit l’étoile et on la suit et des moments au contraire où on la perd.. On a toujours besoin des Ecritures pour suivre la bonne route. Notre étoile s’y trouve..
  • Et on a besoin de la prière aussi…
  • Moi, ce qui m’a touchée c’est que Hérode soit bouleversé quand il entend les Mages parler de la venue de l’enfant et il veut aller se prosterner devant lui.
  • C’est peut-être de la frime pour savoir où est l’enfant…
  • J’ai noté que Bethléem n’est pas un endroit très prisé, pas très recommandable, et pourtant, c’est là que Jésus vient.
  • A cette époque, quand les astrologues voyaient dans le ciel une étoile pas ordinaire, ça voulait dire que quelqu’un d’important était né.
  • Cette étoile, c’est un signe de Dieu, tout comme nous en avons-nous aussi aujourd’hui, même si nous ne savons pas toujours les reconnaître.
  • Soit on ne les reconnaît pas, soit on les reconnaît et on ne bouge pas pour autant ! Les scribes et les grands prêtres ont su interpréter le signe de l’étoile. Mais ils ne sont pourtant pas allés voir Jésus!
  • Je suis fascinée par les cadeaux de ces Rois Mages, qui sont somptueux, alors que les bergers, ils n’ont rien à apporter. Jésus nous accueille comme on est.
  • Et puis Jésus, il est là pour tous, car les Rois Mages, ils sont venus de tous les coins de l’univers. Tous ils ont vu la même étoile en suivant des routes différentes et ils se sont retrouvés au pied de Jésus. Nous pouvons nous aussi avoir des routes différentes pour aller à Jésus.
  • Pour moi, il est très important que Jésus arrive en bébé, qu’il ait besoin de son père, de sa mère, besoin de nous.
  • Pour moi, cette recherche des Mages nous dit qu’on ne trouve Dieu que si on le cherche vraiment. Les Mages se sont renseignés, ils ont du avoir des doutes… Et nous, nous savons des choses, plus ou moins, mais est-c qu’on a vraiment trouvé Jésus ?
  • J’aime bien cette phrase entendue lors d’une retraite « Tant que Jésus n’est pas né dans notre cœur, Jésus n’est pas vraiment arrivé ! »

Published on 05/01/2017

«Quelle est ma relation à Dieu?» : les jeunes partagent autour de l'évangile de Matthieu


Les jeunes de l'aumônerie de Cergy ont fait leur rentrée l'évangile selon saint Matthieu : à travers ce passage d'Evangile, les étudiants ont réfléchi sur leur relation à Dieu.


L’Appart a fait sa rentrée ce mardi 3 janvier 2017. Etant en plein octave de Noël, et à quelques jours de l’Epiphanie, les étudiants ont médité sur la crèche et les mages.



Les étudiants ont été invités à réfléchir sur leur relation à Dieu à travers ce passage. Les rois mages marchaient vers le Christ en suivant une étoile, comme nous tous qui marchons vers Dieu, qui sommes des chercheurs de Dieu. Ils ont offert au nouveau-né de l’or, signe de royauté, de l’encens, signe de divinité, et de la myrrhe, le parfum avec lequel on embaumait les morts. Ainsi, comme les trois rois, nous devons voir dans Jésus notre roi et notre Dieu, et contempler déjà dans la crèche le mystère de la mort du Christ, Dieu épousant la condition d’homme jusqu’au bout. La deuxième partie de la méditation s’est faite dans la chapelle Saint-Louis de l’IPSL (Institut polytechnique Saint Louis), les jeunes ont adoré en silence l’enfant Jésus couché dans la crèche..

32
CredoFunders
€ 2,000
pledged over € 2,000 goal
Closed

This project was successful on 04/03/2017


Projet porté par :

Pour tout don, un reçu fiscal
PARTICULIER

Vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur le revenu égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable, reportable sur 5 ans (en vertu de la loi du 1er août 2013 relative au mécénat, art. 200 du CGI). Ainsi :
un don de 100 € vous coûte 33,6 € après déduction fiscale.


ENTREPRISE

Vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur les sociétés égale à 60% du montant de votre don, dans la limite de 5°/oo de votre CA H.T., reportable sur 5 ans (en vertu de la loi du 1er août 2013 relative au mécénat, art. 238 du CGI).

ISF

Votre don ne permet pas de bénéficier d'une déduction fiscale en vertu de l'article 885-0 V bis A du CGI.
04/03/2017 - 23:21
Excellente initiative, beau projet d'évangélisation et que les coeurs s'ouvrent! A très vite de vous ecouter. Aurore.
Diocèse de Pontoise 06/03/2017 - 10:10
Merci pour votre belle générosité ! L'enregistrement est en cours de mixage. Vous et tous les donateurs serez les premiers informés !
04/03/2017 - 09:06
Le financement de la réalisation de la version audio de l'intégralité de l'évangile selon saint Matthieu me tient à coeur et je souhaite y contribuer à ma petite hauteur.
Diocèse de Pontoise 04/03/2017 - 12:20
Merci beaucoup pour votre participation : il n'y a pas de "petite hauteur" !
03/03/2017 - 09:45
Merci pour ce projet et ce beau montage vidéo !
Diocèse de Pontoise 03/03/2017 - 09:56
Merci beaucoup pour votre contribution... qui nous permet d'atteindre les 50% de notre objectif !
02/03/2017 - 11:51
Offrir la parole qui nous est offerte par Jésus. Jésus nous donne sa vie parce qu'il croit que la nôtre à ce prix. Ce qu'il nous offre là c'est nôtre propre vie. "La coupe que je dois boire, vous la boirez, et le baptême dont je dois être baptisé, vous en serez baptisés" répondait il à la demande ambitieuse des fils de Zébédée. Participer à ce projet de mise à disposition gratuite de l’Évangile selon Saint Matthieu, c'est vouloir prendre notre part, si modeste soit elle, à cette vie qui se donne. Merci de nous avoir donné cette occasion.
Diocèse de Pontoise 02/03/2017 - 11:56
Merci beaucoup pour cette belle méditation.
25/02/2017 - 19:44
Pour que la Bonne Nouvelle soit partagée à tous.
Diocèse de Pontoise 27/02/2017 - 09:48
Merci pour votre générosité !

Published on 19/01/2017

Quand la Parole est semée...


Les membres du groupe Amitié Espérance Arc en ciel d’Eaubonne ont vécu un partage autour de la Parole de Dieu. Ils se sont mis à l'écoute de la "Parabole du semeur" (Mt 13, 1-9). Echos.


Amitié-Espérance-Arc-en-Ciel propose une présence auprès de personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif. Des membres du groupe d'Eaubonne ont vécu un temps de partage autour du "Zoom n° 6" du livret saint Matthieu (La "Parabole du semeur" Mt, 13,1-9.)


Télécharger le "Zoom n°6" du livret Saint Matthieu


Télécharger l'intégralité de l'évangile selon saint Matthieu dans le "Livret Saint Matthieu"



Echos…


► Ce texte me fait penser à celui sur la moisson qui est abondante, mais où les ouvriers sont peu nombreux. ► Je trouve que le sol pierreux représente ceux qui abandonnent, alors que la bonne terre représente ceux qui accueillent la Parole et prient jour et nuit. ► Je me suis arrêté sur « ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante ou trente pour un ». On a tous des limites. Mais si on est de bonne volonté, si on désire suivre Jésus, quelles que soient nos limites, on est dans le cas de la bonne terre. C’est l’écoute de Jésus qui est la plus importante. ► Ce qui m‘a touchée, c’est la terre séchée par le soleil. Tout ce qui est sec, c’est ce qui n’est pas beau. La terre est fanée, usée et il faut la laisser dans une décharge. Moi, il me faut aller dans la terre fraîche, pour accéder à une nouvelle vie.



« La bonne terre, c’est notre cœur. La Parole c’est comme une culture, on doit la cultiver, la goûter, la méditer. »


► Sur le bord du chemin, quand les oiseaux mangent les graines, ça représente toutes les mauvaises épreuves dans la vie, dans le monde, ou d’autres galères pour moi. Mais quand le semeur sème dans la bonne terre, tout commence à s’arranger. ► Pour moi, ça veut dire que si on sème n’importe comment, dans les ronces, … alors les graines sont brûlées, séchées. Mais si on sème bien dans la vie, on récolte en conséquence. On récolte ce qu’on a semé. ► Pour moi, quand les oiseaux mangent les graines, ça veut dire que le diable vient dans leur cœur pour les empêcher d’être sauvés. ► Pour moi, les grains, c’est comment on reçoit la Parole. On peut l’appliquer à nous, à tout ce qui nous empêche d’entendre la Parole de Dieu. La bonne terre, c’est notre cœur. La Parole c’est comme une culture, on doit la cultiver, la goûter, la méditer. Les exemples donnés montrent les autres priorités qui nous en empêchent. ► Jésus sort de sa maison. Le semeur sort. Il se donne du mal pour semer. Il fait une démarche. Cela m’invite à me demander ce que ça représente pour moi de sortir. ► Le semeur sème partout. Même dans la mauvaise terre. Comme pour dire que la Parole est pour tous, et que même le plus mauvais peut la recevoir. C’est plein d’espérance. ► Quand les graines tombent au bord du chemin, elles ne sont pas au centre. Ca veut dire que je ne mets pas la Parole au centre, je ne la rejette pas, mais elle est seulement accessoire. C’est une invitation à la mettre au centre.



« Le semeur c’est Jésus, les graines c’est la Parole, et le terrain, c’est notre cœur, notre capacité à nous ouvrir à la Parole. »


► Le sol pierreux me dit qu’il faut donner des racines à la Parole. La cultiver, la prier. ► Et les ronces, c’est tout ce qui m’encombre et qui la fait disparaître parce que le reste prend toute la place. ► Ce qui est aussi plein d’espérance, c’est que dans la bonne terre, les graines ne donnent pas forcément autant pour tous. Mais ce qui est important, c’est que ça germe. ► Moi, j’ai noté que Jésus s’éloigne de la foule. Il va en quelque sorte sur l’autre rive. Et il contemple les foules sur le rivage. Pour moi, la contemplation est très importante. ► Pour cette parabole, il y a des traductions où avant les premiers mots du texte, il y a « Ecoutez ! … voici que Jésus était sorti … ». Et le texte se termine par « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ». Pour moi qui n’entend pas, cela veut dire beaucoup ! ► Le semeur c’est Jésus, les graines c’est la Parole, et le terrain, c’est notre cœur, notre capacité à nous ouvrir à la Parole. De temps à autres, je suis toutes les terres… en fonction de la manière dont je suis lunée ce jour-là, en fonction de ce qui m’est arrivé, etc.. Je suis plus ou moins apte à écouter la Parole, à donner de bons fruits. Parfois, c’est dur dur. Et parfois, j’essaie d’être la bonne terre par le silence, la prière et l’écoute. Il faut avoir les oreilles du cœur, il faut préparer le terrain. Alors peut-être, je pourrai produire de bons fruits. ► Pendant ce temps l’un de nous retrouve le texte de Luc correspondant et nous le lit (Lc 8, 4 et s.). Chez Luc, Jésus explicite le sens de la parabole à la demande de ses disciples. ► J’aime que Jésus ne regarde pas le résultat, mais regarde seulement l’orientation du cœur, les yeux du cœur. ► Mais la bonne terre doit être entretenue, labourée. Dieu est sorti de sa maison, le semeur prépare le terrain. A nous de préparer le terreau. Si je vais à la messe comme ça, sans me préparer, ce n’est pas du tout la même chose que si j’y vais en ayant faim de la Parole. ► Le semeur, c’est Jésus, mais on peut être aussi semence ou terreau. A quel moment est-on semence, et à quel moment terreau ? On est les deux.. ► La fin de la parabole, c’est comme les talents, on ne produit pas tous autant de fruits, mais ce n’est pas la quantité qui compte. ► Mais il faut faire attention à l’environnement, aux ronces, aux pierres, … Il nous faut protéger les graines, se protéger du désert du cœur. ► Il faudrait être comme des épouvantails pour chasser les oiseaux qui mangent les graines et les empêchent de pousser ! ► Oui, mais les oiseaux sont là pour quelque chose aussi… ► La semence, c’est la Parole de Dieu, mais certains ne le savent pas. Alors, ils ne font pas attention à la graine tombée là.. ► On peut être les oiseaux aussi ! On peut être déçus et venir troubler la paix intérieure de l’autre. ► Il faut plonger sans cesse dans la miséricorde du Seigneur pour accueillir sa Parole. ► Mais aussi laisser le Seigneur préparer le terreau. Par exemple dans mon couple, l’un croit et l’autre non. Je vais à la messe régulièrement mais pas ma femme. Un jour elle est venue avec moi.. Et plus tard, elle a communié. C’est le Seigneur qui a préparé le terreau.


Published on 13/01/2017

Partager (la Parole), c'est la santé !


A l'occasion du "Dimanche Santé", le 12 février 2017, les professionnels de santé sont appelés à vivre l'expérience vivifiante du partage autour de la Parole de Dieu. Témoignage.


C'est sur le thème "Choisis la vie !" qu'a lieu l'édition 2017 du Dimanche de la Santé le 12 février. Le Service diocésain de la Pastorale de la santé invite ainsi tous les professionels de santé à vivre une expérience particulièrement vivifiante : le partage autour de la Parole de Dieu.


L'année dernière, à Ermont, des professionnels avaient vécu un tel partage. Denys Simon, kinésithérapeute, avait initié cette rencontre. Il témoigne.


« J’ai participé avec bonheur à des puits de la Parole qui réunissaient des professionnels de santé de la paroisse d’Ermont.


La méthode des puits de la Parole est une merveille. Cette méthode particulière nous oblige à écouter. "Faites bien attention à la manière dont vous écoutez", nous dit saint Luc (Lc 8, 18). Il faut un temps d’adaptation pour nous familiariser car nous sommes plus habitués à couper la parole qu’à écouter la parole. Et il est parfois indispensable de rappeler le cadre de cette méthode pour donner toutes ses chances à ce qui va se révéler.


Par ce silence partagé, manifesté grâce à la méthode des puits de la Parole, silence partagé autour de la parole du Seigneur et autour de la parole de chacun, le petit groupe devient cette bonne terre capable de donner "du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un."


La mise en œuvre de la méthode des puits de la Parole nous permet d’échapper aux obstacles à l’accueil de la Parole, décrits par Jésus (Cf. Mt 13), pour faire, à chaque fois, une très bonne récolte. Et tout le monde est étonné de la valeur de ce qui se fait entendre. Nous sommes étonnés de ce qui sort de notre bouche et de ce qui sort de celle des autres. Ici on découvre la Parole de Dieu d’une autre façon. Nous découvrons non pas uniquement ce que la Parole veut dire à tous, mais aussi ce que la Parole fait dire à chacun. C’est à chaque fois une révélation, des révélations, des dévoilements, des éclairages étonnants sur nos pratiques et nos vécus de soignants.


Quel bonheur ! Nous vivons l’expérience de Marie, et nous nous découvrons ensemble, capable d’un Magnificat.


"La première en chemin, Marie tu nous entraînes, à risquer notre oui, aux imprévus de Dieu / Et voici qu’est semé en l’argile incertaines de notre humanité Jésus-Christ, Fils de Dieu / La première en chemin, joyeuse tu t’élances, prophète de celui qui a pris corps en toi. La parole a surgi, tu es sa résonance et tu franchis des monts pour en porter la voix…"


C’est en nous, petit groupe de puits de la Parole, que cela arrive. »


Denys SIMON Janvier 2017

Published on 05/01/2017

Évangile : les jeunes d'Argenteuil partagent !


Un groupe de jeunes d'Argenteuil (Val-d'Oise) se retrouvent régulièrement pour vivre ensemble un temps de partage autour de la parole de Dieu. Avec l'évangile selon saint Matthieu.


Tu as envie de nourrir ta foi à partir de l’Evangile ? De rencontrer d'autres personnes et de partager avec elles à la lumière de la Parole ? Des jeunes d'Argenteuil accueillent d'autres jeunes autour de l'évangile selon saint Matthieu...


Ce groupe de jeunes adultes se réunit une fois par mois pour un temps fraternel de prière et partage autour de l’Evangile de l’année. Tout au long de l'année écoulée, ils ont ainsi partagé avec l'évangile selon saint Luc ; cette année qui vient, les partages se vivront avec l'évangile selon saint Matthieu. Les jeunes participants sont très enthousiastes. Ainsi, Patricia, 32 ans : "Depuis le mois de janvier 2016, je fais partie du groupe de partage autour de l'évangile. Les rencontres sont riches en échanges... Chacun partage son point de vue après la lecture autour d'exemples, de vécus personnels, etc. J'ai toujours considéré important de bien comprendre (ou au moins d’essayer de comprendre) le message que le Christ veut nous transmettre dans la bible à travers la réflexion, le débat, la discussion et le partage d'opinions. Pour toutes ces raisons, je conseille vivement aux jeunes de rejoindre ce groupe."


Andy, 26 ans, renchérit : "Ce partage biblique m'a permis de me rendre davantage compte que la parole de Dieu est vivante car elle répond à nos attentes de la vie quotidienne... Chacun a la possibilité de donner son avis... Nul ne se sent jugé. C'est pourquoi je me réengage de nouveau cette année avec le groupe."

Published on 05/01/2017

Quand l'Evangile parle aux profs !


Des enseignants se sont rassemblés pour partager autour de l'évangile : enrichissant !


L’équipe de Pastorale d'une école catholique du Val-d'Oise a proposé aux adultes intéressés, un partage autour de l'épisode des disciples d'Emmaüs dans l'évangile de Luc, lors d'un "pizza-partage". Qu'est-ce que cet évangile peut me dire à moi, aujourd'hui, enseignant, éducateur ou membre de la communauté de l'établissement ? Ce Jésus qui accompagne, écoute, parle, partage puis s'efface peut-il m'aider dans ma mission d'enseignant ? La conviction à la base de cet échange est que la Parole de Dieu est audible par tous, quelque soit ses croyances ou sa foi, et que l'appel de notre évêque à partager autour de la Parole de Dieu peut se vivre dans une école et enrichir les échanges entre enseignants. Nous étions une bonne vingtaine et renouvellerons l'expérience autour de l'évangile de saint Matthieu début 2017. "Notre cœur n'était-il pas tout brûlant en nous, tandis qu'il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ?" Luc 24,32

Published on 05/01/2017

Partage de la Parole : «Cette étoile est un signe de Dieu...»


Un groupe de personnes en souffrance psychique se sont retrouvées pour un temps de partage autour d'un passage de l'évangile selon Saint-Matthieu : "Les Mages"... Echos.


  • « Je trouve que l’arrivée de Jésus est compliquée ! Beaucoup de gens sont en jeu, de nature très différente : les mages, qui viennent de l’extérieur, Hérode, l’autorité politique, les scribes et les grands prêtres, les autorités religieuses, sans parler des bergers après coup.. Ils se posent des questions ou on leur pose des questions.. Il faut de donner du mal pour trouver Jésus et on a besoin de tous!
  • Oui, trouver Jésus, ça passe par beaucoup d’intermédiaires.
  • Et ils ne sont pas tous de la même classe, certains sont très savants, d’autres moins.
  • Mais ils voient tous la même étoile...
  • Les mages qui sont venus de loin, ils avaient sans doute suivi l’étoile dès avant la naissance de Jésus.
  • Oui, c’est comme une « annonciation de la naissance » !
  • Moi je me demande comment un enfant promis à un si grand avenir peut être né dans une mangeoire… Quand même, ça servait aux animaux…
  • Dieu s’est abaissé à notre condition.
  • Il est venu au bas de l’échelle, au niveau de tout être humain.
  • Et c’est quand même bizarre cette vénération pour un enfant tout simple !
  • Quand les Mages arrivent à Jérusalem, ils demandent où est Jésus. Ca veut dire qu’à ce moment-là, l’étoile ne les guide plus. Je pense qu’on a tous des moments où on voit l’étoile et on la suit et des moments au contraire où on la perd.. On a toujours besoin des Ecritures pour suivre la bonne route. Notre étoile s’y trouve..
  • Et on a besoin de la prière aussi…
  • Moi, ce qui m’a touchée c’est que Hérode soit bouleversé quand il entend les Mages parler de la venue de l’enfant et il veut aller se prosterner devant lui.
  • C’est peut-être de la frime pour savoir où est l’enfant…
  • J’ai noté que Bethléem n’est pas un endroit très prisé, pas très recommandable, et pourtant, c’est là que Jésus vient.
  • A cette époque, quand les astrologues voyaient dans le ciel une étoile pas ordinaire, ça voulait dire que quelqu’un d’important était né.
  • Cette étoile, c’est un signe de Dieu, tout comme nous en avons-nous aussi aujourd’hui, même si nous ne savons pas toujours les reconnaître.
  • Soit on ne les reconnaît pas, soit on les reconnaît et on ne bouge pas pour autant ! Les scribes et les grands prêtres ont su interpréter le signe de l’étoile. Mais ils ne sont pourtant pas allés voir Jésus!
  • Je suis fascinée par les cadeaux de ces Rois Mages, qui sont somptueux, alors que les bergers, ils n’ont rien à apporter. Jésus nous accueille comme on est.
  • Et puis Jésus, il est là pour tous, car les Rois Mages, ils sont venus de tous les coins de l’univers. Tous ils ont vu la même étoile en suivant des routes différentes et ils se sont retrouvés au pied de Jésus. Nous pouvons nous aussi avoir des routes différentes pour aller à Jésus.
  • Pour moi, il est très important que Jésus arrive en bébé, qu’il ait besoin de son père, de sa mère, besoin de nous.
  • Pour moi, cette recherche des Mages nous dit qu’on ne trouve Dieu que si on le cherche vraiment. Les Mages se sont renseignés, ils ont du avoir des doutes… Et nous, nous savons des choses, plus ou moins, mais est-c qu’on a vraiment trouvé Jésus ?
  • J’aime bien cette phrase entendue lors d’une retraite « Tant que Jésus n’est pas né dans notre cœur, Jésus n’est pas vraiment arrivé ! »

Published on 05/01/2017

«Quelle est ma relation à Dieu?» : les jeunes partagent autour de l'évangile de Matthieu


Les jeunes de l'aumônerie de Cergy ont fait leur rentrée l'évangile selon saint Matthieu : à travers ce passage d'Evangile, les étudiants ont réfléchi sur leur relation à Dieu.


L’Appart a fait sa rentrée ce mardi 3 janvier 2017. Etant en plein octave de Noël, et à quelques jours de l’Epiphanie, les étudiants ont médité sur la crèche et les mages.



Les étudiants ont été invités à réfléchir sur leur relation à Dieu à travers ce passage. Les rois mages marchaient vers le Christ en suivant une étoile, comme nous tous qui marchons vers Dieu, qui sommes des chercheurs de Dieu. Ils ont offert au nouveau-né de l’or, signe de royauté, de l’encens, signe de divinité, et de la myrrhe, le parfum avec lequel on embaumait les morts. Ainsi, comme les trois rois, nous devons voir dans Jésus notre roi et notre Dieu, et contempler déjà dans la crèche le mystère de la mort du Christ, Dieu épousant la condition d’homme jusqu’au bout. La deuxième partie de la méditation s’est faite dans la chapelle Saint-Louis de l’IPSL (Institut polytechnique Saint Louis), les jeunes ont adoré en silence l’enfant Jésus couché dans la crèche..

32
CredoFunders
€ 2,000
pledged over € 2,000 goal
Closed

This project was successful on 04/03/2017


Projet porté par :

Pour tout don, un reçu fiscal
PARTICULIER

Vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur le revenu égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable, reportable sur 5 ans (en vertu de la loi du 1er août 2013 relative au mécénat, art. 200 du CGI). Ainsi :
un don de 100 € vous coûte 33,6 € après déduction fiscale.


ENTREPRISE

Vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur les sociétés égale à 60% du montant de votre don, dans la limite de 5°/oo de votre CA H.T., reportable sur 5 ans (en vertu de la loi du 1er août 2013 relative au mécénat, art. 238 du CGI).

ISF

Votre don ne permet pas de bénéficier d'une déduction fiscale en vertu de l'article 885-0 V bis A du CGI.
04/03/2017 - 23:21
Excellente initiative, beau projet d'évangélisation et que les coeurs s'ouvrent! A très vite de vous ecouter. Aurore.
Diocèse de Pontoise 06/03/2017 - 10:10
Merci pour votre belle générosité ! L'enregistrement est en cours de mixage. Vous et tous les donateurs serez les premiers informés !
04/03/2017 - 09:06
Le financement de la réalisation de la version audio de l'intégralité de l'évangile selon saint Matthieu me tient à coeur et je souhaite y contribuer à ma petite hauteur.
Diocèse de Pontoise 04/03/2017 - 12:20
Merci beaucoup pour votre participation : il n'y a pas de "petite hauteur" !
03/03/2017 - 09:45
Merci pour ce projet et ce beau montage vidéo !
Diocèse de Pontoise 03/03/2017 - 09:56
Merci beaucoup pour votre contribution... qui nous permet d'atteindre les 50% de notre objectif !
02/03/2017 - 11:51
Offrir la parole qui nous est offerte par Jésus. Jésus nous donne sa vie parce qu'il croit que la nôtre à ce prix. Ce qu'il nous offre là c'est nôtre propre vie. "La coupe que je dois boire, vous la boirez, et le baptême dont je dois être baptisé, vous en serez baptisés" répondait il à la demande ambitieuse des fils de Zébédée. Participer à ce projet de mise à disposition gratuite de l’Évangile selon Saint Matthieu, c'est vouloir prendre notre part, si modeste soit elle, à cette vie qui se donne. Merci de nous avoir donné cette occasion.
Diocèse de Pontoise 02/03/2017 - 11:56
Merci beaucoup pour cette belle méditation.
25/02/2017 - 19:44
Pour que la Bonne Nouvelle soit partagée à tous.
Diocèse de Pontoise 27/02/2017 - 09:48
Merci pour votre générosité !